Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

La gale à Paris

De plus en plus nombreux et précaires, les migrants sont confrontés à cette maladie contagieuse, qui se développe dans les rues de la capitale. 157 cas ont été recensés. Non, la gale n'a pas disparu. Au contraire, cette maladie très contagieuse est bien présente dans les rues de Paris. Elle touche fortement les migrants en raison de leur promiscuité, mais surtout des conditions d'hygiène déplorables dans lesquelles ils vivent, rapporte ce dimanche France Info. Résultat, 157 cas ont été relevés par le centre de premier accueil de la porte de la Chapelle depuis novembre 2016, précise le site d'informations. Chez les migrants qui dorment à l'extérieur, 164 cas ont été recensés par Médecins sans frontières depuis fin décembre. Et les médecins en voient de plus en plus. "Aujourd'hui, cela correspond à un tiers des consultations", estime le docteur généraliste Mondane Berthault, auprès de France Info. Pour les soigner, plusieurs dispositifs médicaux ont été mis en place. Au centre de premier accueil, le pôle santé dispose par exemple d'une douche médicalisée. En cas de gale, vêtements propres, nouveaux draps et médicaments sont donnés aux migrants. Mais ces dispositifs sont efficaces seulement si les personnes sont hébergées. Pour les migrants à la rue, soigner la gale est quasi-impossible, car la maladie nécessite une double cure. Or cette population-là est mobile. Par ailleurs, le traitement suppose de changer de vêtements. Les migrants ne disposent en général que des habits qu'ils portent déjà sur eux. Ce cercle vicieux inquiète les professionnels de santé, car une gale mal soignée peut amener des complications, comme des surinfections, qui nécessitent alors un suivi et surtout la prise d'antibiotiques, selon France Info. La situation ne devrait donc pas s'améliorer. Surtout que les migrants sont de plus en plus nombreux et les évacuations amènent de nouveaux campements sauvages. "Depuis un mois, c'est de pire en pire", déplore Corinne Torre, auprès du site d'informations. Et avec l'été, cela ne devrait pas s'améliorer.

Les commentaires sont fermés.